Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

Pages

23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 02:52

Pour s'imprégner de la culture locale, rien de mieux pour commencer qu'une soirée à l'Intercontinental Resort où on va assister à un spectacle donné par une troupe de danseurs marquisiens. Mais avant, nous voilà autour d'une grande table pour dîner. C'est l'occasion de découvrir les produits du fenua. Patate douce, taro, manioc, papaye, poisson cru, tout y passe dans l'assiette. Chacun appréciera (ou pas), les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas!

Puis, la troupe arrive et les danses guerrières commencent. Qu'ils sont impressionnants! Ils dégagent tellement de force! Maintenant qu'ils nous ont montré comment danser, c'est à notre tour. La mamie Jacqueline n'hésite pas une seconde; comme dirait Coubertin, "le principal, c'est de participer!". Le spectacle tire à sa fin, c'est l'occasion de faire quelques photos souvenirs.


les marquisiens

 

De retour de Mataiva, nous souhaitions emmener dîner les papys mamies au restaurant japonais Sakura. Le principe est simple: devant une table en U où nous avons pris place, le cuisinier nous prépare notre commande. La dextérité du cuisinier est à souligner car on a droit à un concert musical avec la manipulation de ces outils de travail nécessaires aux préparations. Concert dont l'écho résonne à une autre table du restaurant où un cuisinier excelle également. J'oubliais le principal: le repas fut excellent (le prix aussi...).

 

restaurant japonnais

 

La piscine... . Nos champions olympiques de natation (les Papys) ont profité de la piscine pour tester leurs masques, tubas et se rafraîchir quand ils avaient chaud. Le plus assidu fut le Papy Finette mais le Papy Lapin n'a pas démérité enchaînant les plongeons ("euh... Papy, vaut mieux plonger dans le sens de la longueur que de la largeur car le mur arrive vite", 2,5 m, c'est court!) et les brasses. Les mamies n'étaient pas très motivées pour aller dans l'eau... .

  piscine

 

Aujourd'hui, c'est l'occasion d'aller se baigner dans le lagon à PK 18. L'eau est un peu fraîche, la sensation de froid étant accentuée par le vent qui souffle fort ce jour-là. Le Papy a un problème technique avec son masque mais ce n'est pas grave, il verra les poissons qui tournent autour des patates. Nous restons environ 2h00 à PK 18 et c'est l'occasion de découvrir à notre retour à la maison les premiers coups de soleil des papys mamies (la crème, la crème) !

 

 

pk18

Repost 0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 00:37

carte-copie-2

 

Pour cette escapade, nous changeons complètement de décor. Après Moorea, île haute où nous avons logé dans des bungalows sur pilotis (franchement, c'est classe), nous voilà à Mataiva, petit atoll des Tuamotu situé à côté de Rangiroa (les atolls et les îles hautes sont les deux types d'îles rencontrées en Polynésie, cf l'article "La Polynésie francaise, c'est quoi?"). Mataiva, c'est 300 habitants, 3 pensions de famille, 1 église, 1 école  surélevée pour résister à un tsunami et 2 supérettes aussi grandes que notre salle de bains (ça ne nous empêchera pas d'y aller acheter quelques boissons chacun notre tour...).

Côté hébergement, changement de décor également puisque nous logeons dans la sympathique pension de famille ARIIHEVAI. Et c'est vrai qu'elle est sympathique: tous les jours sont occupés par des excursions ou des animations. Bien entendu, toutes ces activités sont comprises dans le forfait pension complète. Première balade dans le lagon après une traversée de cocoteraies (avec un peu trop de vent à mon goût).

 

du bleu et encore du bleu

 

  Eh oui, il n'y a pas que du soleil en Polynésie. L'avantage, c'est qu'il n'est jamais très loin sauf ce jour-là où on ne l'a vraiment pas vu de la journée (rassurez-vous, il sera de retour dès le lendemain). Et bien tant pis, on fera quand même la sortie sur le motu. Au passage, on s'arrête pour ramasser notre repas qui se balade tranquillement dans un parc à poissons.

 

 

du pluie du vent

   Nous avons eu l'occasion de faire deux pêches: une en haute mer (départ 5h30 à l'aube, pêche aux leurres mais on est rentré bredouille) et une dans le lagon beaucoup plus généreuse. C'est très simple: à l'aide d'un filet en grillage, André saute dans le parc à pêche, y plonge son filet puis le vide dans la barque. Et là, de multiples poissons s'agglutinent les uns sur les autres: poissons perroquet, chirurgiens, rougets, coffre, baliste picasso, etc... . Les plus petits et les non comestibles sont rejetés, les autres finiront sur le barbecue.

 

la pêche

  A table! on mange puis une bonne sieste ou une bonne baignade (ou les deux), c'est vous qui voyez!!!

 

pique-nique

  Bon, vous en êtes où dans le tressage des assiettes? Les filles l'ont dit: "pas d'assiette, pas de repas ce midi"

 

tressage

 

  Pour finir en beauté notre séjour, une petite soirée est organisée à la pension la veille du départ. L'après-midi, on apprend à danser, les hommes d'un côté, les femmes de l'autre. Apéro, barbecue (avec langoustines), crudités et danses; heureusement que notre prof est avec nous car on n' est vraiment pas synchronisés (les femmes aussi, d'ailleurs).

que de bons souvenirs

L'heure du départ a sonné, tout le monde est ravi de son séjour. Sans doute, une des meilleures pensions que nous ayons visitée! Nous voilà déjà de retour à Tahiti. Il ne reste plus qu'une semaine avant le départ des mamies papys. Que ça passe vite.

Repost 0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 02:49

Venir à Tahiti sans aller à Moorea, c'est dommage. Moorea est l'occasion de découvrir un île haute différente de Tahiti. Après 1h00 de traversée (où depuis le bateau, cette île est vraiment imposante et majestueuse), nous prenons la direction de l'hôtel Hilton (on s'est fait plaisir) où nous allons séjourner 2 nuits en bungalow sur pilotis (ceux qu'on voit dans les reportages télé depuis la métropole et où on se dit qu'on n'ira jamais). Eh bien, nous y voilà. Et c'est vrai que c'est classe. Depuis les bungalows, une vitre sur le plancher permet de visualiser le lagon (tiens, le papy Finette qui passe en nageant). La restauration, la piscine, le jacuzzi: franchement, y'a rien à redire.

 

Le hilton

 

Le samedi, excursion en bateau avec Albert tours au milieu des Américains, des Japs, des Italiens et des Français. On s'arrête sur le lagon pour rencontrer de sympathiques bébêtes: les voilà déjà qui approchent. Tout le monde à l'eau: masque, tuba?? Ok, c'est parti. Très rapidement, une raie se prend d'affection pour le Papy lapin (non, non et non, pas possible de la ramener en France). Puis, les requins commencent à tournoyer; ils sentent la chair bien fraîche.

Enfin, nous allons déjeuner sur un motu où notre guide nous apprend à réaliser la salade de poisson cru et la manière de décortiquer une coco.

Agréable journée!

 

 

albert tour

Repost 0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 02:25

Depuis samedi matin, nous suivons sur le site d' Air France le voyage des mamies et papys. Mulhouse, Paris et Los Angeles; vous y êtes presque! 3 heures après leurs arrivées à Los Angeles, je vérifie si l'avion a bien redécollé. Et là, surprise: le vol est reporté de 24h00 suite à un problème technique. Encore 1 journée à patienter. Tant mieux pour eux car pendant 24h00, ils vont pouvoir se dégourdir les jambes et visiter Los Angeles. Super, eux qui parlent anglais comme une vache espagnole et adorent les hamburgers! Le lundi matin, rebelotte: lever 3h15 (dur, dur, y' a école après) et à 4h15, Mamie Pierrette, Papy lapin, Mamie Jacqueline et Papy Finette sont là. Bienvenue sur le fenua! Colliers de fleurs, embrassades, "comment ça va?", "bien voyager? pas trop long?". Direction la maison, la journée va être longue.

 

l'arrivée

Repost 0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 02:15

Bon ben voilà, nous y sommes après 3 semaines sur le fenua, les mamies et papys ont les valises bouclées et remplies de souvenirs pour eux et la famille. Il fait beau ce dimanche matin à l'aéroport et c'est l'heure... Embrassades, colliers, derniers conseils ("arrose régulièrement le persil"), photos et les voilà à l'embarquement. Dernier salut puis on ne les voit plus. Nous nous postons au flamboyant (un arbre situé sur un point haut à proximité de la piste) puis regardons l'avion s'aligner, prendre de la vitesse puis s'arracher de la terre polynésienne. Virage gauche, il s'éloigne, nous ne le voyons plus: allez, courage les papys mamies, dans 24h00 vous êtes chez vous!

 

départ

Oui mais çà, c'était le départ; l'aventure a commencé 3 semaines plus tôt!

Repost 0