Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 04:57

Comme tous les ans depuis 13 ans maintenant, Teahupoo (situé dans le sud de l'île, là où la route s'arrête) a vu se dérouler du 20 au 31 août une des étapes du championnat du monde de surf, la Billabong pro.

 

billabong1

Sur 12 jours d'attente, 4 seulement étaient surfés, le check du matin par les organisateurs déterminait si la compétition aurait lieu dans la journée. A la maison, on piaffait d'impatience de savoir si le WE du 27-28 août serait surfable. Bonne nouvelle dès le mardi précédent, la météo annonce une forte  houle et des vagues de 5-6m pour le dimanche. Excellent! Dès le vendredi, planification de la journée: heure de départ, glacière, maillot de bain, on est prêt. Dimanche matin, 6h45: réveil et comme très souvent, le soleil est là et le ciel bleu aussi. Dernière vérif, c'est parti direction Teahupoo avec nos amis à 1h15 de route .


Le matin, après 1h00 de queue, nous voilà sur le bateau au plus près de la vague. C'est vrai qu'elle est impressionante mais pas de chance, nous ne verrons que deux surfers partir dans le tube (il faut dire qu'on est resté que 30 mn). Il est déjà midi et pique nique avec vue sur le spot au loin.

 

billabong3

L'après-midi, rebelote. Nous enbarquons à nouveau sur un bateau et là, grandiose! Pendant 50 mn, nous allons admirer une dizaine de départs sur le spot. Les vagues sont vraiment impressionantes et régulièrement, des surfeurs se blessent et/ou cassent leurs planches.

 

billabong2

Au passage, nous nous baignons dans les eaux chaudes de Teahupoo, Roland en profitera pour tomber délicatement et en souplesse dans l'eau sans en référer au Capitaine du bateau quelques minutes plus tôt! Le temps du retour approche déjà et comme d'habitude, nous nous retrouvons le soir autour d'une bonne table pour boire un apéro bien mérité.

Au final, c'est Kelly Slater qui gagnera cette année.

La Billabong pro, géniale !

 

billabong4

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 04:39

Pendant quelques jours a été amarré dans le port de Papeete l'Esperenza, un navire de l'association Greenpeace. De passage pour faire le plein en vivres et carburant, il est un des trois bateaux de la flotte Greenpeace. Il a été construit en 1984 dans les chantiers navals de Gdansk en Pologne (ville mondialement connue pour avoir portée l'espoir de liberté de tout un pays à travers son syndicat Solidarnosk, rappelez-vous) pour répondre à un besoin de navires anti-incendie de la Marine soviétique. Possédant également une capacité brise glaces, ce navire vogue sous les couleurs de Greenpeace depuis 2002 et est employé pour lutter contre la chasse à la baleine, la déforestation, etc.. . Il a quitté Papeete samedi 03 septembre pour une mission tenue secrète. Bon vent Esperenza!greenpeace.jpg

Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 20:36

Une des excursions intéressante à réaliser sur le fenua est la traversée de Tahiti de Papenoo à Mataiea soit 39 km environ.

la traversière-copie-1

Mais hors de question de s’aventurer seuls, nous partons avec Patrick Aventures. Nous voilà donc assis dans le 4x4 avec nos amis francs-comtois traversant Papeete tôt le matin (il est 8h00).


trav6

Arrivés à Papenoo (vous savez, là où on va régulièrement surfer et faire du body board), nous quittons la route de bord de mer au Pk 16,5 pour s’engager dans la vallée de Papenoo. Très vite, après avoir laissé quelques maisons sur le côté, la route ne devient praticable que par les 4x4. Nous sommes en pleine nature au fond de la vallée entourée de montagnes très abruptes d’où l’on peut apercevoir quelques cascades.

 

la traversière1

Notre guide effectue plusieurs arrêts pour nous faire découvrir la végétation (taro, arbre du Congo, etc…).  Après 18 km de montée, on atteint le relais de la Maroto juché sur un promontoire au cœur de l’ancien volcan et dominé par le mont Orohena (2 241 m, le plus haut sommet de Tahiti). Puis, il est temps de se rafraîchir, ce que nous faisons à une magnifique cascade (l’eau couleur verte est fraîche mais ça passe, n’est-ce pas Isa !).

 

la-traversiere3.jpg

Les sauts depuis la cascade se succèdent, les gosses s’éclatent ! Après avoir déjeuné au pied d’une autre cascade où même les grands profitent d’un toboggan naturel et après avoir taquiné les anguilles (surtout Alex), nous attaquons une piste de 4 km avec un dénivelé de 500 m (la route menace de s’effondrer à certains endroits, c’est rassurant pour le retour)  pour atteindre le col d’Urufaau (884 m).

 

la-traversiere5.jpg

La vue est à couper le souffle tellement on se sent petit face à cette nature grandiose, pure et majestueuse !

Nous traversons un tunnel et apercevons le lac Vaihiria. Mais nous ne descendrons pas plus loin car pour le moment, la piste traverse des terrains privés. Dommage ! Espérons que cette situation s’arrange dans les prochains mois.

 

la traversière2

Le retour s’effectue donc par le chemin inverse non sans s’arrêter en cours de route pour admirer d’autres points de vue.

Et le soir, un peu comme Astérix dans son village gaulois, nous nous retrouvons autour d’un bon barbecue à la maison. Bref, une journée bien sympathique sous le soleil évidemment !

Au cours de cette journée, Patrick nous apprend que les gendarmes recherchent un Américain de 50 ans disparu depuis plusieurs jours dans cette vallée. Quelques jours plus tard, il sera retrouvé vivant ayant erré pendant 17 jours. Initialement, il était parti 2-3 jours mais s’est vite perdu ; s’aventurer seul sans connaissance du terrain et sachant qu’aucune indication n’existe sur les sentiers est un pari risqué, la preuve !

Partager cet article
Repost0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 04:44

cartehuahine

 

 

Un saut de puce sépare Raiatea de Huahine. Ce qui est surprenant en Polynésie, c'est que toutes les îles hautes présentent des caractéristiques physiques différentes les unes aux autres. Et Huahine n'échappe pas à la règle. Deux massifs montagneux séparés par des baies, une côte sinueuse et des paysages sauvages font de Huahine une île très belle. Comme d'hab, nous faisons le tour de l'île et pouvons aussi admirer la beauté du lagon (existe-t-il un lagon moche en Polynésie?).

 

huahine2

Point de passage obligé, les anguilles aux yeux bleus qui pataugent dans le cours d'eau traversant Faie. Nous en avons déjà vu à Tahiti mais c'est vrai qu'elles sont impressionantes et paraît-il, inoffensives.

 

huahine3.jpg

On poursuit notre tour. nous arrivons au motu Papiti où se trouve une belle plage de sable blanc. On ne s'y baigne pas, on est juste en repérage.

Le lendemain, nous déjeunons au bord de l'eau Chez Tara. La cuisine locale est très bonne et copieuse, c'est dommage de ne pas s'y arrêter.  

L'après-midi, farniente dans un jardin de corail à proximité de Chez Tara. Nous découvrons de nouveaux poissons et surtout Némo (qui est un peu différent du film).

Le jour suivant, nous restons coincés au bungalow car le temps est tout gris (ça arrive de temps en temps) et il y a du vent. Les vieux réflexes reviennent, nous allumons la télé et repos toute la journée au bungalow. Le bungalow justement.... que dire? franchement, on vous déconseille notre pension (je ne la nommerai pas mais il y a la même dans le Nord de l'île). Je ne savais pas que le nettoyage,  ainsi que l'eau chaude était une option, de même que le verrouillage des portes. Dommage car cette pension, située au bord de l'eau, mériterait mieux: le soir, nous pouvions admirer  le soleil se couchant sur Raiatea.

 

huahine1

Nos agréables vacances se terminent après 10 jours de périple parmi les Iles sous le vent. Tahiti, nous revoilà!

Partager cet article
Repost0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 04:04

carteraiatea.jpg

 

A peine décollé de Maupiti, nous voilà 25 mn plus tard posés à Raiatea non sans avoir pu une nouvelle fois admirer la beauté de Bora Bora au cours du trajet. Raiatea est une grande île de 195 km² et peuplée de 11 200 habitants (sur les 280 000 que compte la Polynésie). Nous sommes logés à l'hôtel Atiapiti situé à Opoa (30 km de l'aéroport) et sommes accueillis à notre arrivée par la sympathique Marie-Claude. Cet hôtel n'a que le nom puisqu'il s'agit d'un ensemble de bungalows en bordure de lagon. Ça y est, nous y voilà. Les valises sont posées en vrac et nous découvrons notre lieu de villégiature pour les 3 prochains jours. 2 lits 2 places, 1 lit une place, une kitchenette, 1 salle de bain superbe (selon Isabelle) et c'est parti!

 

raiatea.jpg

Pendant ces 3 jours, l'activité favorite de Tony, Max et Alex a été la chasse aux toupas, petits crabes non comestibles qui font d'innombrables trous dans les sols. Une fois attrapés, ils les donnaient à manger aux murènes le long des rochers. En plus, Marie-Claude leur avait promis 10 Fcp par toupa contre présentation de la capture évidemment (300 Fcp gagnés). Au début, Max ne voulait pas qu'on les chasse. Puis finalement, après d'âpres négociations, Max n'avait plus d'état d'âme et a rejoint ses frères. Les murènes ont apprécié!

 

raiatea2.jpg

L'autre activité a été, a été, a été ????? la baignade évidemment! Un grand ponton sur le lagon avec au bout un trou de quelques mètres a permis aux 3 frangins (lorsqu'il n'y avait pas chasse aux crabes) de s'en donner à coeur joie. Le récif étant à quelques dizaines de mètres du bord, nous en avons profité pour nager vers les tombants (toujours aussi fascinants) et avons pu admirer une multitude de poissons mais pas de requins pointes noires cette fois.  

Comme à chacun de nos voyages, nous avons réalisés le tour de l'île (100 km) et avons pu admirer quelques jolis paysages comme la baie de Faaroa par exemple. Raiatea est aussi appelé "l'île sacrée" car c'est la première île de la Société qui aurait été peuplé de Maoris. Le marae (= lieu de culte) de Taputapuatea, berceau de la culture maohi, mérite le détour.  

 

raiatea3.jpg

Le temps du départ est arrivé et nous voilà déjà à l'aéroport direction Huahine!

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 00:13

cartemaupiti.jpg

 

Pour nos vacances d'été (enfin, d'hiver plutôt), cap sur la 1ère étape de notre voyage: Maupiti, île située à 50 mn d'avion de Tahiti. Cette île paradisiaque est présentée comme le Bora Bora d'il y a 30 ans, c'est-à-dire sans les hôtels *. Et c'est vrai. Autre particularité  importante, Maupiti est une île à taille humaine: 11 km², route de ceinture de 9,6 km, 5 motus, 1200 habitants, 0 hôtel et 1 snack (le snack Tarona). Et c'est tout et c'est très bien ainsi.

Nous sommes accueillis à l'aéroport par Gérald, propriétaire avec son épouse Josée de la pension Poe Iti située sur le motu Tuanai où se situe l'aéroport. Que dire de cette pension? Que d'excellentes choses: les bungalows sont propres, les repas copieux et très bons, les propiétaires sont d'une gentillesse remarquable et nous racontent plein d'histoires sur Maupiti et d'autres îles de Polynésie. Enfin, Gérald (qui est aussi l'armateur du Maupiti Express) nous fait profiter de son bateau.

 

maupiti


Dès notre arrivée, nous attaquons l'ascension du Mont Teurafaatiu (380 m). En une heure, nous sommes au sommet mais la pente est raide, très raide. A un endroit proche du sommet, des cordes ont été installées pour poursuivre la grimpette. Isabelle et Max s'arrêtent là. Trop dangereux. Stéph, Tony et Alex continuent et arrivés au sommet, ils ne le regrettent pas: la vue est splendide!  

 

maupiti-copie-1.jpg

Après ses efforts, place au réconfort: nous déjeunons au snack de Maupiti. L'après-midi, nous voilà partis en vélo pour faire le tour de l'île. La traversière est difficile à monter, n'est-ce pas Maxou?  

 

maupiti-copie-2.jpg

Enfin, comme si cette journée ne devait jamais finir, nous allons au spectacle du mini Heiva de Maupiti en dînant à une baraque avec nos propriétaires. Vers 22h00, nous nous couchons pour un repos bien mérité.

Le lendemain matin, Gérald nous amène sur le lagon pour nager avec les raies mantas. Tous les matins, elles se présentent en ce lieu où des poissons viennent les nettoyer. Effectivement, nous plongeons et assistons alors à un spectacle fantastique et majestueux: les raies font des allers retours à des profondeurs de 8-10 m. Nous essayons de nous en approcher mais avons du mal à descendre à plus de 3m! De plus, elles sont très vite effrayées. Nous ne nous lassons pas de les regarder. Sans doute, ce moment restera un des meilleurs de notre séjour en Polynésie.

Le reste du séjour est consacré à la plage (celle située à la pointe Tereia est incontournable), à une rencontre avec un cardiologue en retraite de 75 ans  qui s'est mis au va'a depuis qu'il a croisé un requin tigre en nageant dans le lagon et à une course de va'a depuis le bateau de Gérald!

 

maupiti-copie-3.jpg

Bref, nous quittons Maupiti direction Raiatea avec des images plein les yeux!(voir l'album)

 

maupiti-copie-4.jpg


*: certains trouvent que Bora a été dénaturée par les hôtels. Ce n'est pas notre avis: l'île est restée sauvage et les hôtels construits s'intègrent très bien dans le paysage. Si Bora est dénaturée, que dire du bétonnage des stations balnéaires du sud de la France!

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 00:06

les-jeux1.jpg

 

Comme chaque année à Tahiti, le WE du 14 juillet est consacré au Heiva tu’aro ma’ohi, rassemblement d’athlètes venus de toute la Polynésie et s’affrontant au cours de diverses disciplines telles que le lancer de javelot, le lever de pierre, la course de porteurs de fruits, etc… . Ce rendez-vous de sports et jeux traditionnels nous a permis de découvrir des pratiques ancestrales ou se côtoyaient habileté et force de la nature.

Par exemple, le lancer de javelot consistait à viser une noix de coco positionnée à l’extrémité d’un mât à environ 7 m du sol. Pendant 6 mn, les javelots fusent sans s’arrêter. Si tu manque de puissance et de précision,  tu auras du mal de gagner !

 

les-jeux-2.jpg

Le décorticage de cocos (si facile quand on le voit faire mais en fait…), le lever de pierres (80, 100 et 120 kg !) et la course des porteurs de fruits (avec sur les épaules deux régimes de bananes, soit environ 50 kg)  nécessitent de la force, de l’endurance et de la vitesse. La gent féminine participe également à ces épreuves.

Enfin, Alex n'est pas encore prêt pour participer auconcours de grimper de cocotiers tant les athlètes allaient vite !

 

les-jeux-3.jpg

Bien entendu, toutes ces épreuves se sont déroulées sous un soleil radieux (comme d'hab me direz-vous)!

Partager cet article
Repost0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 23:49

5h15: le réveil sonne. La tête dans le gaz, nous nous habillons et nous voilà déjà installés sur le voilier de l'Escapade Charter ancré dans le port de Papeete. Il est 5h45. Nous déjeunons à bord avec d'autres personnes aussi réveillés que nous.

6h15, le voilier quitte le port direction l'atoll inhabité de Tetiaroa situé à 57 km plein nord de Tahiti. 3h30 de trajet nous attendent... .

Le jour se lève doucement et les premiers symptômes du mal de mer apparaissent. Et ce qui devait arriver arriva, le petit déjeuner est rendu aux poissons. Stéphane se lâche, ça lui rappelle les WC de Fougerolles! Mais qui a eu l'idée de ce voyage? Après avoir terminé le voyage la tête dans le seau (bleu), nous arrivons à Tetiaroa. Nous n'allons pas être déçus malgré les aléas de l'aller.

tetiaroa1.jpg

Tetiaroa est un minuscule atoll de 30 km² composé de 13 motu (= ilôts). Il a été acheté en 1966 par Marlon Brando (farouche protecteur de la nature) après le tournage des Révoltés du Bounty. D'ailleurs, il appartient toujours à ses descendants.

Trois particularités caractérisent Tetiaroa. La première est que cet atoll est entouré d'un magnifique lagon entrecoupé d'aucune passe. Ainsi, les bateaux accostent au large en pleine mer (on ne peut se rendre à Tetiaroa que par bateau, il n'y a pas de piste d'atterrissage). Comment rejoint-on alors la terre ferme ? C'est très simple: on embarque sur des petites zodiacs  puis on franchit le récif corralien en profitant de la vague déferlante. Bref, toute une technique à maîtriser !

tetiaroa2.jpg

La deuxième particularité est la présence d'innombrables oiseaux migrateurs (sternes, frégates, fous bruns) venus nicher dans ce sanctuaire. Notre ballade les pieds dans l'eau autour de l'ilôt nous a permis de découvrir un véritable paradis marin.

Enfin, la dernière particularité est la splendeur du lagon avec sa palette de bleue. Rien à envier à Bora Bora !

tetiaroa3.jpg

Après avoir passé 4h00 sur ce petit bijou, nous voilà déjà à bord pour le retour. Après avoir mangé, le capitaine lève l'ancre et dresse les voiles direction Tahiti que l'on aperçoit déjà mais qu'on atteindra 3h30 plus tard. Cette fois, pas de mal de mer du tout.

Malgré l'aller, nous sommes enchantés par cet atoll préservé des folies de construction de l'homme et qui, à mon avis, reste un joyeau du Pacifique sud.

Bref, à visiter sans modération. Une fois de plus,  que la Polynésie est belle !

Partager cet article
Repost0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 22:12

Vendredi 3 juin, s'est déroulé le spectacle de l'école de Maxence. Max avait le trac, il avait peur d'oublier ses pas de danse. Vêtu d'une chemise à fleurs, d'un collier de tiarés et d'une superbe couronne, notre petit bonhomme nous a prouvé qu'il était devenu un véritable polynésien. La fête a commencé à 18h avec le passage des CP et s'est terminée, j'imagine tard car 17 classes devaient se produire durant toute la soirée. Les musiques, les costumes et le déhanché des filles nous ont émerveillés, du moins durant les 2 premières heures. En effet, Anthony et Alex ont profité de l'entracte pour demander à partir... Et oui une danse, deux danses, ça va mais au-delà c'est l'overdose!!!!

 

fete-ecole-max-2011.jpg  

Partager cet article
Repost0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 00:11

carte-copie-1

 

Pour notre premier séjour sur un atoll (cf l'article la Polynésie française, c'est quoi?), nous voilà partis direction Fakarava situé à 500 km à l'est de Tahiti. 2h00 plus tard (nous avons fait une escale à Rangiroa, autre atoll mondialement connu par les plongeurs), nous nous installons dans notre bungalow au sein de la symphatique pension Veke Veke. Milou (le chien de la pension) nous accueille par des aboiements mais il est gentil comme tout! Le bungalow est spartiate (pas d'eau chaude) mais c'est pas grave, on est là pour deux jours et on ne compte qu'y dormir.

 

fakarava1

Ce qui est intéressant sur un atoll est que d'un côté, nous avons le lagon aux couleurs qui nous font tous rêver et de l'autre (à quelques centaines de mètres), nous avons l'océan qui se fracasse sur le récif: changement d'ambiance. Le soir de notre arrivée, nous  assistons à un spectacle de danses folkloriques données en l'honneur des équipages de pirogues qui viennent de plusieurs pays du Pacifique (Nouvelle Zélande, Samoa, Tonga, etc..). Spectacle vraiment sympa, surtout à voir la souplesse des petits qui dansent comme les adultes. Après une bonne nuit, nous prenons les vélos de la pension pour aller nous promener sur l'atoll (on ne peut pas se perdre, il n'y a qu'une route). Nous allons voir les pirogues qui sont à quai et dont le départ est programmé "vers midi", me dit un Tongien. Finalement, elles partiront en fin d'après-midi... . Bien entendu, nous nous arrêtons sur une petite plage où nous profitons d'une magnifique vue sur le lagon. Midi, on a faim, nous voilà installés au snack Te Anuanua (qui est également au bord du lagon  mais tout est au bord du lagon) et où nous nous  régalons tellement c'est bon (je recommande d'y faire un détour). L'apès-midi, farniente au bord de l'eau (dur, dur...).

 

fakarava2

Le lendemain, nous partons en excursion vers la passe sud de l'atoll appelée Tumakohua. Après 1h15 de bateau (Fakarava est un atoll rectangulaire de 60 km de long sur 20 de large), nous nageons en PMT au milieu des magnifiques coraux avec de superbes poissons (dont les inévitables requins pointes noires). Nous nous approchons des tombants situés vers la passe; c'est très impressionant! pendant ce temps-là, les enfants s'en donnent à coeur joie à essayer d'attraper le Napoléon (dont la taille imposante ne nuit pas à son agilité, n'est-ce pas Toto?). Après le traditionnel barbecue au bord de l'eau, nous repartons vers un motu de sable rose: bienvenue au Paradis! Mais il est déjà temps de rentrer et tout le long du retour, nous pouvons admirer les quelques farés (= habitation) au bord de l'eau, farés qui sont bien souvent des pensions (il y en a 13 sur l'atoll et un hôtel). Douche, bouclage des valises et nous voilà déjà de retour à Tahiti avec des coups de soleil et plein de souvenirs dans la tête. Une fois de plus, comme beaucoup d'atolls et d'îles en Polynésie, Fakarava vaut le détour par son charme, son côté sauvage, sa tranquillité et la gentillesse de ses habitants. Le Paradis existe, nous y sommes allés! (comme d'habitude possibilité de voir plus de photos dans l'album)

 

fakarava3

Partager cet article
Repost0